«Il faut dire aux agriculteurs d’arrêter de tendre la main. Les coopératives ont les moyens de se financer »

 Une assemblée d'exploitants agricoles(c)rubenetienne_0641

Le 1er forum des coopératives organisé à Yaoundé le 23 Mai 2018 au Palais des Congrès a connu la présence de plusieurs membres du mouvement coopératif international. Ces personnalités viennent relever la qualité de l’évènement, de même  qu’elles viennent ainsi partager leur expérience avec les coopérateurs du Cameroun. Les centaines de professionnels agricoles qui ont fait le déplacement du Palais des Congrès montrent à souhait qu’il y a un effort à faire dans ce domaine au Cameroun.  Nous vous présentons la réaction de quelques leaders du mouvement paysan international. M. Etoka Bruno, directeur de FACD France, vice-président de Terre Afrique France 

  M. Etoka Bruno: « Nous avons des plateformes dans toute l’Afrique, en RDC, au Benin, en RCA, au Togo, en Côte d’ivoire. Coop Cameroun va représenter la plateforme au Cameroun. En ce moment, nous travaillons pour la relance des coopératives en Afrique comme noyau de développement, pour un développement sûr et durable. Pendant longtemps, on nous a vanté le modèle de développement par l’exploitation des ressources telles que l’or, la diamant, le fer, le pétrole…on se rend compte que ces matières premières ne nous apportent que la guerre, la haine, la recherche du profit, la corruption …et ceci nous a amené vers l’insécurité alimentaire. Nous avons donc décidé de revenir aux fondamentaux. Nous devons nous tourner vers notre terre nourricière, dans un système où les coopératives ont montré leurs forces.

 Ruben Etienne : « Quels devraient être selon vous, les défis des coopératives aujourd’hui ? »

itw M. Etoka Bruno: « ils doivent partir d’abord de l’agriculture familiale. Elle part du petit agriculteur qui travaille sur 1 ha à 7 ha et qui nourrit 87% des sept milliards de vivants dans le monde. Il faut donc restructurer tout ça. L’agriculteur doit s’assurer de revenus décents. Il y a donc urgence de s’organiser en coopératives car la coopérative, c’est le bras économique, commercial et social de la société. La coopérative produit, stocke, transforme et commercialise. Elle exporte mais le plus beau, c’est qu’elle redistribue les dividendes à ses membres. C’est pourquoi il faut passer par là. Il faut organiser ces petits producteurs pour éviter les accaparements de terre par les grands.

 Ruben Etienne : « Les coopératives et les coopérateurs font aujourd’hui face à un problème lancinant qui est le financement. Quelles solutions pour ce problème ? »

itw M. Etoka Bruno: « La solution est simple. Il faut dire aux agriculteurs d’arrêter de tendre la main. Les coopératives ont les moyens de se financer. Prenons le cas d’un village où 10 à 15 agriculteurs produisent du plantain. Ils sont à 60b kms du marché et ils ont un problème de transport. Ils se mettent en groupe, ils louent un camion, ils font leur marché et en retour, ce qui rentre dans la caisse est distribué au prorata de la quantité que chacun a apporter. Désormais, ils ont compris. Ils vont s’organiser et commencer à épargner. Quelques années plus tard, ils ne vont plus louer un camion mais ils pourront acheter eux-mêmes leur propre camion. Il suffit seulement de s’organiser et non de tendre la main. »

 itw réalisée par Ruben Etienne /grand reporter agricnews

M. Etoka Bruno, directeur de FACD France, vice-président de Terre Afrique France(c)rubenetienne M. Etoka Bruno, directeur de FACD France, vice-président de Terre Afrique France 

 

Mots clés:1er forum national des coopératives du Cameroun -gestionnaires indélicats - compétitivité des coopératives - financement des coopératives - Ohada - producteurs de cacao - exploitants agricoles - FACD France FACD France - Terre Afrique France