L’interprofession avicole du Cameroun (IPAVIC) rend public ses chiffres de production

Ne parlez pas de statistiques de vente aux fermiers(c)captagricnews

S’il est un point sur lequel l’interprofession avicole a encore du chemin à faire, c’est bien celui de la tenue des statistiques. Tout le monde le sait, les fermiers n’aiment guère communiquer ni leurs effectifs réels, ni les statistiques de vente.

 Les chercheurs et les journalistes font face sur le sujet à un énorme trou noir. On comprend aisément la réticence des banquiers à les accompagner. Les statistiques que nous vous invitons à découvrir datent de 2013, bien avant la grippe aviaire de 2016. Il faut donc les manipuler avec beaucoup de retenue.

 Les statistiques suivantes relèvent (de 2013) que 9000 exploitations et fermes avicoles ont contribué à créer 320 000 emplois pour un cheptel animal global de 46 436 000 poulets de chair,  69 654 tonnes  de viande de volaille et  119 340 tonnes d'œufs de table

 Interventions de l'Etat :

 *Pour assurer la protection du marché national, l'Etat a consacré l'interdiction des importations de la volaille congelée, de même, il poursuit à travers ses délégations déconcentrées du ministère de l'élevage et des industries animales, et du ministère du commerce, la traque des importations frauduleuses. Le gouvernement a par ailleurs validé un plan de relance de la filière avicole. L'amorce de sa mise en œuvre s'est traduite par des subventions directes aux opérateurs. Plusieurs projets et programmes accompagnent le développement de la filière avicole. Enfin, il faut souligner la contribution active du ministre de l'élevage Dr TAIGA, à la mise en œuvre du salon avicole international de Yaoundé. Le SAVI 2018 a été réalisé sur financement public et ça c’est la concrétisation des bonnes relations de collaboration entre l’interprofession et son ministère de tutelle.

 Plan de relance de la filière avicole :

Les principaux axes du plan de relance ci-dessus indiqués se résument en 4 points (1) faciliter l'approvisionnement en maïs des provendiers par l'acquisition des silos de stockage de grande capacité, (2) moderniser les sites d'abattage des poulets sur les marchés, (3) réaliser le projet de création d'un Centre Technique de l'industrie de la volaille (CE-T1V), (4) créer un Cluster Volaille sous le pilotage du MINEPAT

Par laure Pascaline/ photoreporter